PROCESSUS D'ONBOARDING TERRITORIAL

Les 10 questions à (ne pas) poser en entretien !

20/11/2020 – Gabrielle – 2min

Vous êtes recruteur et vous savez que l’intégration territoriale de votre salarié est clef pour son intégration ? Comment jongler entre ce qu’autorise la loi et la necessité d’obtenir plus d’informations sur ses attentes lors de l’entretien ? Attention,  la loi est très pointilleuse sur les questions à ne pas poser à votre candidat. On vous explique comment faire pour décrocher les informations dont vous aurez besoin pour faciliter son intégration et celle de sa potentielle famille sur un nouveau lieu de vie.

“Aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement en raison de son origine, de son sexe..., de son orientation sexuelle..., de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse..., de ses opinions politiques, de ses activités syndicales, de ses convictions religieuses, de son apparence physique... ou en raison de son état de santé..”.

Article L1132-1 du Code du travail

Si vous devriez retenir une chose de cet article, c’est que la discrimination à l’embauche est punie de 3 ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende.

 

Quelle est votre situation familiale ?

Lors de l’entretien d’embauche, les questions portant sur la situation familiale du salarié et/ou de nature à vous renseigner sur son milieu social sont interdites. Ainsi il n’est pas possible de poser de type de questions : 

  • êtes-vous marié, célibataire ou divorcé ?
  • avez-vous des enfants ? Quel âge ont-ils ?
  • votre conjoint travaille-t-il ? Quelle est sa profession ?

De quelle origine êtes vous ?

Au même titre que les questions liées au pays d’origine ou ethniques qui sont bien entendues strictement interdites ( et tant mieux car elles sont comme les précédentes considérées comme discriminatoire), la question sur la région d’origine l’est tout autant…Même si la question peut paraître anodine, elle n’est pas légale :

“ Mme Guivarch, vous êtes bretonne ? M. Toulemonde vous êtes Nordiste ?” n’ont pas leur place dans les entretiens d’embauche puisqu’une nouvelle fois cela ne peut permet pas à l’employeur d’évaluer les qualités professionnelles (même si être bretons ou cht’i sont, sans aucun doute, de véritables atouts ; )

Dans ce cadre, comment faire pour lever les freins à la mobilité, accompagner l’intégration sur un nouveau lieu de vie sans connaître la vie personnelle de son/sa futur(e) salarié(e) ? La meilleure solution reste de lui présenter, au même titre que  le poste que vous proposez, des prestations de services que vous pouvez mettre en place pour son intégration et celle de sa potentielle famille au sein du territoire : cela lui permettra, s’il le souhaite de vous posez des questions et d’évoquer, sans que vous ne lui ayez posé la question, des éléments plus personnels.

Échangeons !

Besoin de construire une offre de service pour vos futurs talents qui arrivent d’une autre zone géographique ? Contactez Cécile qui pourra vous donner des exemples de ce qui est mis en place chez nos clients !

Cet article a été écrit par Gabrielle.R , (super)ambassadrice Switch Up sur la région rennaise.

Vous souhaitez proposer un accompagnement sur-mesure à vos salariés en mobilité ? contactez-nous !

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email
back to top